La prévention du risque routier, un enjeu de la santé au travail !

PKN 4.jpg

Portrait d'action : prévenir le risque routier dans les activités du BTP

Le risque routier est la seconde cause d’accident grave et mortel du BTP, si l’on ne considère que les déplacements de mission, et arrive en première cause si l’on considère également les accidents de trajet. L'OPPBTP, mobilisé pour aider les entreprises et les salariés du BTP à agir contre ce fléau, nous présente son action de prévention du risque routier, inscrite au PRST3 PACA.

4 questions à Monsieur PIERRE KNISPEL, directeur de l'agence PACA-Corse de l’OPPBTP :

 
Pourquoi une mobilisation partenariale autour de la prévention du risque routier en région Paca ?

"L’OPPBTP avait , lors des manifestations ’70 ans de prévention dans le BTP’ organisées dans les CFA-BTP de la région PACA, été interpellée par le président du 3CA-BTP qui déplorait une sinistralité inacceptable (en moyenne, le décès d’un apprenti sur la route par établissement annuellement). L’agence a souhaité, sous l’impulsion de son Conseil du Comité Régional, se mobiliser pour cette cause. En tant que directeur d’agence, j'ai été nommé par ailleurs pour représenter l’OPPBTP sur le Risque routier professionnel au niveau national, et j'ai ainsi pu avoir la connaissance des actions menées dans les autres régions et entrer en relation avec les acteurs nationaux : Direction Générale du Travail, Institut National de Recherche et de Sécurité, Caisse Nationale Assurance Maladie, Mutualité Sociale Agricole, Caisse Nationale Retraite des Agents des Collectivités Locales, Délégation Interministérielle à la Sécurité Routière….

En quoi consistent les actions qui sont conduites auprès des entreprises et des CFA ?

Pour les entreprises, il s’agit concrètement d’évaluer le risque routier comme n’importe quel autre risque dans le cadre de l’élaboration du DUER. La mise en place d’un plan d’actions visant à améliorer les conditions de travail pourra intégrer des mesures concernant les conditions de déplacement des collaborateurs. Dans ce cadre l’OPPBTP accompagne l’entreprise dans sa réflexion et l’aide à mettre en œuvre les mesures retenues.

Des nouveaux outils spécifiques ont spécifiquement été développés pour aider les entreprises à maîtriser le chargement et l’arrimage de leurs véhicules : D’clic (tutoriel accessible sur smartphone), formations…

Mais agir en prévention, c’est également intervenir en amont de l’acte de construire et particulièrement chez les jeunes en formation. En région PACA, l’OPPBTP s’est rapproché des CFA et des lycées du BTP pour mobiliser les acteurs (apprentis, maîtres d’apprentissage, entreprises…) sur le management du risque routier. Ce sont aujourd’hui 7 établissements qui encadrent les apprentis sur le risque routier : plus d’un millier d’apprentis sont aujourd’hui impactés annuellement par cette démarche et l’OPPBTP compte bien, pour la région PACA, élargir cette action dès 2020 vers les établissements d’enseignement supérieur (IUT, BTS, facultés et écoles d’ingénieurs du BTP…).

Quels sont les principaux messages que vous faites passer aux entreprises et aux futurs salariés ?

Nous sensibilisons les futurs salariés sur l’utilisation des deux roues et l’utilisation des véhicules d’entreprise dans sa globalité : organisation du travail, gestion des communications, chargement/arrimage…. Nous les sensibilisons également sur les conséquences de la prise de stupéfiants sur la conduite.

Dans l'entreprise, nous travaillons sur le management des déplacements des collaborateurs, afin que les conditions soient réunies pour apaiser la conduite des collaborateurs. La démarche doit également permettre d’accompagner la performance de l’entreprise par la diminution de certains coûts : assurance, consommation, remise en état des véhicules avant restitution etc…

Quels effets ont produits les accompagnements dans les entreprises ? 

Les accompagnements en entreprise ont essentiellement consisté à adapter l’organisation du travail en permettant également d’améliorer l’état du véhicule, la répartition du chargement, la qualité de l’arrimage… sans oublier les connaissances et les capacités physiques du conducteur."